top of page
  • Photo du rédacteurCentre Grandir

TDAH Mythes ou vérités

Dernière mise à jour : 26 juin 2021

Il existe de nombreuses idées reçues sur le Trouble du Déficit d’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH). Faisons le ménage dans ces fausses croyances pour nous rapprocher de la vérité.

L’enfant TDAH est un enfant paresseux qui manque d’effort ou de motivation.

L’enfant souffre de trouble de l’attention, il se fatigue plus rapidement et risque d’être submergé devant les difficultés qu’il rencontre quand la tâche est coûteuse cognitivement.


Il arrive à se concentrer sur certaines tâches, alors il n’est pas TDAH.

Le dysfonctionnement attentionnel dépend de la situation : l’attention peut être fortement stimulée en cas de stress (préparation d’une


évaluation à la dernière minute), d’intérêt particulier (matière qu’il apprécie), ou devant un écran.


Le TDAH empêche d’avoir une vie normale.

L’enfant ayant un TDAH n’est pas anormal, son fonctionnement est perturbé par des difficultés d’organisation, d’adaptation, d’attention, dont une partie peut être rééduquée, compensée ou traitée.


Les enfants TDAH sont tous agités.

Il y a trois formes cliniques de TDAH, dont le TDA sans le facteur d’hyperactivité. Ce sont alors les difficultés de concentration qui sont relevées, ce qui risque fortement d’affecter la performance de l’enfant aux examens scolaires.


Tous les enfants ayant un TDAH doivent prendre un traitement médicamenteux.

Le traitement est recommandé aux enfants qui ont un retentissement important du TDAH sur le plan scolaire, des interactions sociales (à l’école ou en famille), ou de l’estime de soi.


L’enfant TDAH fait exprès d’ennuyer et d’énerver ses parents.

Sa condition rend difficile l’intégration de nouvelles façons de faire, bien qu’on lui ait expliqué ses erreurs à de nombreuses reprises.


Le TDAH disparaît à l’adolescence ou à l’âge adulte.

Dans plus de 60% des cas, il persiste et le soutien est nécessaire pour le gérer.


Ne laissez pas votre enfant souffrir du TDAH ou laisser s’aggraver la situation avec l’âge. Plusieurs aides pourraient vous être proposées dans un bilan complet et enfin soulager vous et votre enfant.


Bien cordialement,

Sanaa Saifi


Neuropsychologue et

Psychologue clinicienne




11 vues0 commentaire

Comments


bottom of page